Nicolas Souvaidjitch est le fils d'une mère française dont la famille s'est installée à Paris au milieu du XIXème siècle, et compte parmi ses membres des artistes dans le domaine pictural et musical. Son père né en Serbie, a été rapatrié en France à la fin de la première guerre mondiale où il a rencontré sa mère qu'il épouse en 1923.

Agé de 15 ans à la déclaration de la seconde Guerre Mondiale, il s'engage aux côtés de la Croix Rouge pendant l'Occupation. En parallèle, il rejoint les centres d'apprentissage créés par le Général Pétain et suit dans un premier temps des études de décoration pour le cinéma. Il collaborera toute sa vie poncutellement aux décors de cinéma en tant que sculpteur ou en tant que qu'architecturier ornemaniste.

Il entre ensuite à l'Ecole Nationale Supérieure des Arts Appliqués et des Métiers d'Art en 1945 où il s'initiera successivement à la céramique, la sculpture et le staff. Il en sort diplômé après la guerre.

Il y rencontre Jean Joachim, élève de Pompon. Il continue à suivre son enseignement dans son atelier après son entrée dans la vie professionnelle.

Il s'oriente dans un premier temps vers le décor en commençant comme étalagiste pour des antiquaires du Faubourg Saint Honoré, puis travaille pour des décorateurs, tels que Jansen dont il conçoit les architectures et les décors sculptés en staff. En 1955, il intègre l'équipe de Joy Parc pour y créer des attractions, et plus particulièrement la Baleine, un immense mamifère de 25 m de long et 10 m de large destiné à abriter une salle de projection. Le parc fait faillite et la Baleine disparait avec l'abandon du site. Dans les années 60, il collabore à de nombreux décors de films, notamment sous la direction d'Alexandre Trauner qu'il admire.

Il expose parallèlement au Salon des Artistes Français. En 1979, il reprend les cours de Jean Joachim à l'Office Culturel de Bry-sur-Marne, qui abrite le salon des Artistes Animaliers où il expose régulièrement jusqu'à la fin de sa vie.

Il participe ponctuellement à des expositions dans des galeries parisiennes et dans des salons, on peut citer le salon de Rambouillet. Il obtient une mention au salon de Vanves en 1986, la médaille de Bronze au Salon des Artistes Animaliers en 2003.